La Taberna pigmentaria

La Taberna pigmentaria

Marcellus Empiricus, cite 150 plantes déjà utilisées par les Gaulois pour se soigner.
Pour ces derniers, comme pour les Egyptiens, les Grecs et les Romains, les végétaux, sauvages ou cultivés,  constituaient l’essentiel des remèdes qui détenaient aussi une forte valeur  religieuse et magique.

Si nous sommes particulièrement bien renseignés sur la pharmacopée d’origine méditerranéenne, grâce aux nombreux auteurs gréco-romains, médecins, botanistes, ou compilateurs, c’est Dioscoride qui produisit la plus célèbre Materia Medica de l’Antiquité, dont l’œuvre servit de référence pendant tout le moyen-âge.
Dans l’Antiquité, les femmes sont souvent associées aux drogues et aux médicaments.

Entrez dans la Taberna Pigmentaria, où Biena saura vous transmettre sa passion des plantes qui ont soigné nos ancêtres.